Audrey & Fatoumata, un duo tutrice-tutorée de choc

Interview Témoignages Actu - 20 juin 2016

Audrey & Fatoumata, un duo tutrice-tutorée de choc

Grâce au soutien d’Audrey, responsable RH chez Microsoft EMEA, Fatoumata, étudiante en classe préparatoire, a pu décrocher une place dans le très sélectif programme Futur Global Leaders, un réseau ambitieux qui accompagne, à l’international, des jeunes qui rêvent de devenir des leaders différents. Récit d’une rencontre gagnante avec Fatoumata et Audrey, au siège de Microsoft, à Issy-les-Moulineaux.

Tout commence par un conseil, glissé par un conseiller principal d’éducation (CPE) à Fatoumata, étudiante de 19 ans en deuxième année de classe préparatoire aux grandes écoles de commerce au lycée Claude Monet à Paris. Celui de tenter sa chance pour le programme américain Futur Global Leaders, lancé en 2014, et qui ambitionne de former de futurs dirigeants à travers le monde. Une vingtaine de jeunes chaque année qui deviendront, à l’issue des trois années que dure le programme, des “top leaders” désireux de bâtir un monde meilleur. Mais le programme est sélectif ; les appelés sont nombreux, les élus beaucoup moins. Fatoumata est alors mise en relation par Passeport Avenir avec Audrey. Tutrice au sein de l’association, cette dernière travaille à Microsoft EMEA où elle est responsable des ressources humaines du département finance à l’international (sauf pour les Etats-Unis et le Canada).

IMGP9746_opt

Cliquez sur l’image pour en savoir plus…  

Votre premier échange téléphonique ?

Fatoumata. La première fois que j’ai appelé Audrey, j’étais à la bibliothèque, en train de faire un DM [devoir à la maison] de maths… je ne savais pas trop quoi dire!

Audrey. Je l’ai trouvée au contraire très simple. D’autres jeunes auraient été plus timides. Il faut avoir le courage, à 19 ans, de décrocher son téléphone pour dire “salut, il paraît que tu vas être ma tutrice?” [rires].

Si l’on devait résumer ce programme, Futur Global Leaders, en trois hashtags ?

Fatoumata. #Challenge. #Motivant. Et #ambitieux! C’est une sorte de programme de parrainage, comme les Different leaders de Passeport Avenir. On a un mentor sur trois ans, ils vont nous aider à devenir des “futurs leaders”. Ça a l’air génial!

Audrey. Ses camarades de promo – leur bio est en ligne, comme celle de Fatoumata – viennent de Yale, Cambridge, Oxford. On s’est dit que ça allait être compliqué de passer le test d’entrée en voyant les profils des promos précédentes!

Fatoumata. Il ne fallait pas se démonter, essayer de voir ce que je pouvais apporter au projet Futur Global Leaders.   

Comment avez-vous préparé le dossier d’admission au programme ?

Fatoumata. Nous nous sommes vues une fois, puis avons échangé la plupart du temps à distance…Elle m’a aidé à constituer le dossier, qui était très long. Je devais par exemple répondre à des questions du type “Définissez le succès. A quoi êtes-vous prêt à renoncer pour l’atteindre?” et réaliser une vidéo sur le thème “Oser être créatif”. J’ai pris les premières lettres de mon prénom et décliné des traits de ma personnalité.

Audrey. Cette vidéo est top! De mon côté, j’ai fait mon métier de RH, je l’ai vraiment coachée pour préparer son dossier, je ne l’ai pas fait à sa place. Je lui donnais des feedbacks, on échangeait par mail, Skype.

Qu’est-ce qui a pu être, par moments, plus compliqué ?

Audrey. L’agenda, pas toujours facile à gérer. Quand elle était disponible, je ne l’étais pas forcément et vice-versa.

Après trois mois de préparation, les résultats tombent, en mars dernier : Fatoumata est admise. Quel est votre sentiment à ce moment-là ?

Fatoumata. J’étais sonnée, surprise, j’ai vu les résultats vers 23h. Je n’ai pas réussi à dormir, je ne m’y attendais vraiment pas. J’ai envoyé un SMS à Audrey le lendemain.

Audrey. C’était une très, très bonne surprise. J’ai payé le champagne à toute ma table !

Que vous a apporté cette expérience ?

Fatoumata. C’était vraiment bénéfique. Si j’avais mené le projet seule, j’aurais repoussé la préparation du dossier par moments, à cause de mon travail en prépa. Là, je me sentais responsable, je devais rendre des comptes. Il y avait Audrey derrière, elle comptait sur moi. Ça m’obligeait à tenir mes objectifs.

Et au-delà du dossier, pour moi, c’est un pied dans le monde de l’entreprise. Je discute avec des collègues d’Audrey ici. C’est un challenge de rencontrer des personnes qui ont ce regard d’experts.

Audrey. Je suis responsable RH, universitaire de formation. Je n’ai pas fait les grandes écoles. C’est aussi l’occasion de mieux comprendre cet environnement, de me réactualiser un peu, d’être challengée…  

Sur quels points, par exemple ?

Audrey. Par exemple, je ne savais pas ce qu’était une khôlle. Je pensais qu’être en colle, c’est être puni…

Fatoumata. C’est un peu une punition aussi! [rires]

Audrey. Ce partenariat, c’est une vraie opportunité pour moi. Cela fait 20 ans que je travaille. Ma génération est fondamentalement différente de la sienne. Elle a des envies très claires par rapport à moi à son âge. Nous, on est très focusés sur le comment, eux sur le pourquoi. Ça m’apprend des choses sur la génération d’après, ce qui est très important lorsqu’on gère des hommes!

Que retiendrez-vous de cette aventure ?

Audrey. Ce n’est pas fini, c’est plutôt le début!

Fatoumata. J’espère que le tutorat continuera au-delà de la préparation de ce dossier.

Audrey. On s’est mis d’accord sur d’autres objectifs, comme la préparation des oraux d’école de commerce.

Fatoumata. Je vais participer cet été à la première phase du programme Futur Global Leaders; trois semaines dans les Rocheuses,aux Etats-Unis. A terme, j’aimerais travailler dans l’entrepreneuriat social, dans des pays en voie de développement. Si l’on a cru en moi, il faut aussi que moi-même, je me donne toutes les chances de réussir.

Fatoumata et audrey

Audrey et Fatoumata se retrouvent pour un déjeuner de travail chez Microsoft